09/11/2009

LA RENTREE A LA MAISON APRES LA GREFFE

Super contente de rentrer chez moi malgré l'extrème fatigue, mal aux os, je sentais que la moëlle osseuse faisait son travail mais trop contente d'être à la maison, retrouver ma famille, mes petites habitudes, un wc normal et une nourriture autre quoique tout les crudités devaient être lavés avec une goutte d'eau de javel, contente de retrouver mon chat malgré que je ne pouvais pas nettoyer sa litière, contente de tout car j'avais refoulé mes peurs de la greffe et tout à coup un sentiment de liberté m'envahissait.....c'était fini, j'étais à la maison.

Malheureusement cet engouement n'a pas duré, je me suis remise à songer à mon boulot avec toutes ces questions "quand est ce que je pourrais retravailler, reprendre une vie normale, une vie sociale, je voulais tourner la page de quasi 5 ans de traitement, hôpital, docteur, médicament, interventions,.....

Dans ma tête c'était clair, si ma vie reprenait comme avant, je tournais une fameuse page et je recommencerais à vivre.........

Je me suis vite rendue compte que tout cela allait être impossible, que plus jamais rien ne serait comme avant, j'ai ruminé des nuits entiéres, étais ce le contre choc de la greffe, je n'en sais rien mais je suis tombée encore plus bas que terre mentalement, phsychologiquement. La dépression a et est toujours présente.....Moi, soi disant la grande courageuse je flanchais, plus l'envie de rien sauf l'envie de mourir, en fait je n'acceptais plus tout ce que j'avais subi sur quasi 5 ans. J'ai vu un psychiatre, un nouveau antidépresseur et faire avec........ Certains jours ça peut aller, d'autres jours c'est la catastrophe totale. J'ai demandé à Dieu chaque soir pendant plus de deux mois que je ne me réveille pas de mon sommeil....apparemment, il ne m'a pas entendue. Je lui ai demandé également si j'avais encore une mission  à faire sur cette terre car si pas alors autant aller le rejoindre.Hé oui, quand la solitude intérieure vous dévore, en ce qui me concerne je me suis tournée vers notre Seigneur mais concernant la mission pas d'indices, je continue à chercher.

  

25/02/2009

DEMAIN

Comment puis-je attendre demain
Tout en souffrant jusqu’à la limite
Que j’espère que Dieu me tendra la main
Me libérant du mal qui m’habite

De devoir ainsi me demander
Quand surviendra la prochaine crise
Rend difficile pour moi d’espérer
Pouvoir vivre sans cette hantise

Mais je sais que je ne suis pas seule
Et qu’autour on a besoin de moi
Il faudra donc faire face aux écueils
Et chercher à conserver la foi

Pourra-t-on enfin m’aider un jour
Voir le miracle se réaliser
De pouvoir effacer pour toujours
La douleur qui ne cesse d’accabler

Mais je dois m’accrocher encore à la vie
Ma raison ne peut abandonner
Je n’ai pas fini mon rôle ici
Il me reste beaucoup à donner

Malgré ce que j’ai enduré et à endurer
Le sort me réserve du bonheur
Et je prendrais le temps de savourer
Même s'il ne durera que quelques heures

Je dois compter sur le courage
Dont tout mon être est habité
Pour taire en moi toute cette rage
Que le destin a su éveiller

Je trouve la force à chaque jour
Pour mes fils, mes parents, De puiser dans mon coeur de l’amour

Merci pour ce magnifique texte...........

Claude, Clo, Calin

Bonheur pour tous Bonheur pour tous Beaux textes Beaux textes

21:45 Écrit par Linda | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : esperer, souffrir, se battre, haine |  Facebook |